Le suaire au risque de la performance, 16/03

(ou les différents régimes de performativité d’une  même image, à la fin du Moyen Age et au XXe siècle)

En 2010, une image a réussi à faire se déplacer, entre le 10 avril et le 23 mai, au moins 2 113 128 individus. A ce titre, Il s’agit sans doute d’une des images contemporaines les plus performatives. Elle  date pourtant du XIVe siècle: il s’agit du suaire de Turin.

Image du XXe siècle, du photographique, du paradigme indiciaire, (Chastel, Didi-Huberman), de la controverse scientifique (le carbone 14) cette relique n’a eu qu’un succès limité lors de son invention au Moyen Age, où elle était un exemplaire réputé douteux parmi 41 autres suaires du Christ.

Une même image donc, mais deux régimes de visibilité, deux régimes de performativité. Nous tenterons une analyse comparatiste sur le suaire pour saisir les ressorts de la performance de cette image dans deux contextes historiques très différents.

Salle Walter Benjamin, 9h-11H, vendredi 16 mars 2012


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *