Les Bibles moralisées

LES BIBLES MORALISÉES

             L’expression « Bible moralisée1 » apparaît pour la première fois dans un manuscrit exécuté à Paris vers 1407-1420[1] : « cy commence le premier livre de la Bible moralisee translatee de latin en français ». Cependant les premières Bibles de ce type ont été réalisées dès le début du XIIIe siècle, à l’instigation de Blanche de Castille. Leur production se poursuivra jusqu’au milieu du XVe siècle où un nouveau genre de Bible les supplantera, les Bibles historiales.

Les Bibles moralisées sont des entreprises de très grande envergure tant par la somme de travail qu’elles représentent avec leur nombre considérable de folios, d’images et de textes, que par le coût des peaux de moutons, de l’or nécessaire aux peintres, des artisans. Destinées à des rois ou des princes, elles n’ont pas été faites dans des scriptoria monastiques mais dans des ateliers, parisiens pour la plupart. Ces manuscrits, « enfermés » dans les librairies royales ou princières, ne circulent pas sinon pour servir éventuellement de modèle à une autre Bible moralisée. Mais il est plus probable que chaque nouvelle Bible, dont le commanditaire cherche toujours à surpasser la précédente, au lieu d’être une « simple copie » d’un exemplaire antérieur, a été confectionnée dans le même atelier à partir de « documents de travail » de ce dernier.

Les Bibles moralisées « canoniques » se caractérisent par leur mise en page : à quelques exceptions près, chaque page présente huit images disposées sur deux colonnes, chaque image étant accompagnée d’un court texte[2]. Ces couples image/texte fonctionnent par paire : une image et un texte bibliques sont suivis d’une image et d’un texte « moralisés ». Les images ont été peintes avant que les textes ne soient copiés. Le texte biblique suit plus ou moins fidèlement la Vulgate : il s’agit bien souvent de paraphrases voire même d’apocryphes. Les moralisations, quant à elles, sont des interprétations spirituelles de l’Ecriture élaborées à partir de diverses œuvres dont les Postilles d’Hugues de Saint-Cher, la Glossa ordinaria, l’Aurora de Pierre Riga ou encore l’Historia scholastica de Pierre le Mangeur ; elles puisent aussi quelquefois dans les sources juives. Ces passages, bibliques et moralisés, ne sont pas l’œuvre de grands théologiens. Ils ont été écrits pour un public laïc royal ou princier et non pour des exégètes de la Bible. Le rapport entre le passage biblique et la moralisation ne s’établit pas systématiquement sur la typologie qui voit dans l’Ancien Testament la préfiguration du Nouveau. Les moralisations tiennent aussi compte de l’Église contemporaine générant une iconographie innovante qui en reflète les préoccupations. Ainsi se remarquent la place importante donnée à la vie sacramentelle, un fort cléricalisme et un antijudaïsme. Au fur et à mesure du temps, les ordres mendiants, puis, parmi eux, les dominicains remplacent dans les enluminures les figures d’évêques et de prélats. De même la personnification de l’Ecclesia évolue d’une silhouette féminine vers une sorte de double du prêtre administrant les sacrements et prêchant.

Une quinzaine d’exemplaires de ces Bibles moralisées est parvenue jusqu’à nous plus un incunable lyonnais, L’exposicion et la vraye declaracion de la Bible, édité par Julien Macho en 1477 et dont l’auteur présumé est Nicolas de Lyre. Leur nombre total n’a sans doute guère été plus important[3] si on considère l’ampleur d’une telle œuvre.

Actuellement tous les auteurs s’accordent à voir dans le codex 2554, conservé à l’Österreichische Nationalbibliothek de Vienne, la plus ancienne Bible moralisée. Réalisé à Paris vers 1220-1225, vraisemblablement à la demande de Blanche de Castille, cet exemplaire est le plus petit de cette famille : il mesure 345 sur 260 mm et comprend 131 folios qui sont travaillés sur un seul côté. La plaçure actuelle ne suit pas l’ordre originel. Comprenant 1032 médaillons, le manuscrit s’ouvre par un frontispice, en pleine page, qui représente Dieu, grand architecte, se baissant légèrement pour mesurer le monde à l’aide d’un compas. Le texte, en français, ne donne qu’une partie de l’Ancien Testament, de la Genèse au quatrième livre des Rois (4, 20). Allait-il plus loin ? La question reste pour le moment sans réponse. Cette Bible diffère des autres par le sens de la lecture et la mise en page. En effet les couples image/texte (Bible et moralisation) se lisent d’abord par les deux premiers de gauche, ensuite les deux premiers de droite, puis les deux derniers de gauche et enfin les deux derniers de droite. Les autres Bibles suivent l’ordre traditionnel : en premier la colonne de gauche, en second la colonne de droite. La disposition des images et des textes est la suivante : texte, image, image, texte et ainsi quatre fois de suite, donnant une position centrale au images alors que les Bibles postérieures prôneront une alternance texte, image, texte, image.

002377Vienne, Bibliothèque nationale, cod. 2554, f° 0v

Quasi contemporain de ce premier manuscrit et très proche par sa mise en page, le codex 1179, lui aussi conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne, se différencie cependant par ses dimensions, 430 x 300 mm, le nombre de folios, 246 (il en comptait 266) et son texte, une traduction latine qui reprend une bonne de partie de l’Ancien Testament (la même que dans le codex 2554 à laquelle s’ajoutent Esdras, Job, Daniel, Tobit, Judith, Esther et les Macchabées) et de l’Apocalypse. Quelques chercheurs pensent qu’ils manqueraient les autres livres bibliques (les Psaumes, les Évangiles, les Actes des Apôtres et les Epîtres) ; il s’agit plutôt d’une rupture dans la répartition de la fabrication. Cette Bible moralisée offre 1950 médaillons et un frontispice en pleine page. Ce dernier, comme dans le codex 2554, représente Dieu mesurant le monde, mais cette fois il est entouré d’une mandorle soutenue par quatre anges. Les deux dernières images, au folio 246, montrent un roi, sans doute Louis VIII ou Philippe Auguste, regardant vers un scribe, en dessous, en train de copier le manuscrit. Sans doute elle aussi faite vers 1220 à Paris sous les directives de Blanche de Castille, cette Bible moralisée s’avère plus luxueuse et plus ambitieuse par son étendue biblique que le codex 2554 mais provient cependant du même atelier que ce dernier.

170px-bible_moralisee_-_vienne_cod-1179_-_f246r
Vienne, Bibliothèque nationale, cod. 1179, f° 246

Le codex 1779 a servi de modèle à deux autres Bibles moralisées, dites jumelles, la Bible de saint Louis, joyau du Trésor de la cathédrale de Tolède, et celle dispersée entre Oxford, Paris et Londres, citée en abrégé « OPL ». Ces manuscrits, encore plus fastueux que les précédents, se composent de trois énormes volumes.

La fabrication de la Bible de Saint Louis dont le dernier cahier se trouve à la Pierpont Morgan Library de New York (ms. 240), a commencé vers 1230 et s’est achevée autour de 1234, année de la canonisation de saint Dominique : le saint est d’ailleurs représenté dans l’ouvrage portant un nimbe. Cette Bible moralisée contient l’ensemble des livres saints hormis les Chroniques et Baruch. De dimensions similaires au codex 1179 avec d’infimes variations entre les volumes (413 x 300 mm) le manuscrit totalise plus de 600 folios, 4896 médaillons et deux enluminures en pleine page, le frontispice et le recto du cahier de la Pierpont Morgan Library. Le frontispice montre à nouveau Dieu muni de son compas, dans une mandorle entourée de quatre anges tandis que le folio new-yorkais représente le roi de France, Louis IX et sa mère, Blanche de Castille surplombant un clerc qui dicte le texte à un scribe en train d’écrire. L’ouvrage, réalisé à Paris, fut offert par Saint Louis à Alphonse X le Sage, roi de Castille et de León, vraisemblablement en 1265, à l’occasion du mariage de son fils, Fernando de la Cerda, avec Blanche, fille du roi de France. Lors de la séparation du couple, la Bible revînt au chapitre cathédral de Tolède.

bible_st_louis_agrNew York, Pierpont Morgan Library, M. 240

La Bible moralisée OPL est aujourd’hui partagée entre la Bodleian Library d’Oxford (Bodley 270B, 224 folios), la Bibliothèque nationale de France (Lat. 11560, 222 folios) et la British Library de Londres (Harley 1526-1527, 178 folios). Les médaillons (4984) et les textes latins occupent un seul côté des folios. Le volume d’Oxford s’ouvre par le même frontispice que les exemplaires précédents : Dieu-Christ tient dans sa main droite un compas avec lequel il mesure le globe-monde posé dans sa main gauche, quatre anges soutiennent la mandorle qui l’encadre. Le manuscrit, produit à Paris entre 1235-1245, aurait pour commanditaire Saint Louis ou Blanche de Castille. Pour Patricia Stiernemann, cette Bible aurait été réalisée pour Henri III d’Angleterre. John Lowden suppose que, fait à Paris pour Marguerite de Provence, épouse de Louis IX, le manuscrit aurait ensuite été offert au roi anglais à l’occasion de sa visite à Paris en décembre 1254. Ce qui est sûr c’est que le manuscrit se trouvait au complet en Angleterre dans les années 1280. En revanche nous ne savons rien des circonstances de sa dispersion.

000584Oxford, Bodleian Library, Bod. 270B, f° 176

Ces quatre premières Bibles moralisées constituent un ensemble de deux paires destinées à deux couples : le codex 2554 a été réalisé pour la reine Blanche de Castille et le codex 1179 pour son époux Louis VIII tandis que le manuscrit de Tolède avait pour destinataire Marguerite de Provence et la Bible OPL Louis IX. Les quatre exemplaires sont très certainement la commande de la mère de Saint Louis.

La cinquième Bible moralisée se trouve à Londres, à la British Library (Add. 18719). Cette copie de la Bible OPL, exécutée à Westminster ou à Londres vers 1280-1285, est en fait, comme l’a démontré François Avril, un exemplaire de libraire : un seul volume écrit recto-verso avec des dessins à la plume afin de servir de modèle à de futures Bibles de ce type.

indexLondres, British Library, add. 18719, f° 92, Ezéchiel et l’horloge à eau

L’agencement du manuscrit Fr. 167 de la Bibliothèque nationale de France a été entièrement repensé afin d’accorder les images avec un texte double latin et français. Cette Bible moralisée, commandée par Jean le Bon vers 1350-1355, est la seule qui soit complète. L’unique volume de 322 folios mesure 415mm sur 290 mm et compte 10224 petits textes. François Avril[4] ne dénombre pas moins de quinze mains différentes sous la direction de l’enlumineur Jean de Montmartre, pour la réalisation des 5112 « histoires » en grisaille.

bibl-moralParis, BnF, Fr. 167, f° 285v

Le manuscrit français 166 de la Bibliothèque nationale de France consiste en un volume de 410 mm sur environ 290 mm comportant 1340 enluminures et un texte en français se répartissant sur 169 folios. Cette copie, inachevée ou dont une partie aurait été perdue, du Fr. 167 fut exécutée à Paris vers 1402 pour Philippe le Hardi.

356px-saint_jerome_a_letude_-_bible_moralisee_de_philippe_le_hardi_fr166Paris, BnF, Fr. 166, page de garde, Saint Jérôme écrivant

La Bible moralisée de Naples, manuscrit français 9561, conservé à la Bibliothèque nationale de France, a été commanditée par le roi de Naples, Robert d’Anjou le Sage et achevée sous le règne de sa petite-fille Jeanne au début des années 1350. Le texte, en français, comporte l’Ancien Testament (de la Genèse jusqu’à Juges 4, 25) et le Nouveau Testament précédé de textes apocryphes tirés de la Légende dorée (de l’expulsion de Joachim du Temple jusqu’à la Pentecôte). La partie vétérotestamentaire, très proche du codex viennois 2554, comprend 128 miniatures à raison de deux puis six par page, divisées en deux registres : le supérieur renferme une scène biblique, l’inférieur une illustration de la moralisation. Le cycle néotestamentaire compte 76 enluminures en pleine page. Chaque feuillet n’est peint que sur un côté, le côté chair. On distingue clairement deux peintres. Ce manuscrit est peut-être la copie d’une Bible non retrouvée, possédée par la maison royale de France vers 1240.

bible_moralisee_de_naples_-_bnf_fr9561_f70vParis, BnF, Fr. 9561, f° 170V, La  menorah (Exode 25, 31-41)

 

Le manuscrit Reg. Lat. 25 que conserve la Bibliotheca apostolica vaticana, est une production parisienne, dans le milieu curial de Charles VI, autour de 1410. Mesurant 425 x 300 mm, il compte 324 folios. Un seul scribe en a écrit le texte, en latin et en français, tandis que deux artistes ont peint les enluminures. Ces dernières, au nombre de 76, ne sont plus que deux, voire une, par double page. Cette Bible dérive indirectement du Français 167.

reg_00812Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, Reg. lat. 25, f° 123, Noyade de David (Ps. 68)

La Bible moralisée de Naples a servi de modèle à celle intégrée de façon plutôt inhabituelle dans les Grandes Heures de Rohan (Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit Lat. 9471). Les peintures de ce luxueux manuscrit, réalisé vers 1430-1435 et dont la commande serait plutôt à rechercher, selon Jean Porcher, dans l’entourage de la famille d’Anjou, s’inspirent des Belles Heures de Jean de Berry, achetées à sa mort par Yolande d’Aragon, épouse de Louis II d’Anjou. Quant aux peintures de cette Bible moralisée, elles copient plus systématiquement le manuscrit français 9561, rapporté de Naples par le même Louis d’Anjou. Les miniatures du cycle, qui va de la Genèse jusqu’au Deutéronome, mesurent 80 sur 40 mm environ et s’accompagnent d’une légende en ancien français.

exportParis, BnF, Lat. 9471, f° 21

Enfin le dernier exemplaire « classique » de Bible moralisée est la Bible d’Osuna, manuscrit 10232 conservé à la Biblioteca nacional de Madrid. Copiée autour de 1400, elle ne contient que le texte, inspiré de celui de la Bible de Tolède, en latin et en castillan.

Il existe un autre groupe de manuscrits considérés comme des Bibles moralisées[5]. Plus tardifs, hormis celui de Gand, ils ont une mise en page totalement différente des précédents et commencent par un frontispice représentant non pas Dieu « Grand Architecte » mais Dieu entouré de sa création.

Le manuscrit 141 de la Bibliothèque universitaire de Gand, produit à Paris vers 1410-1420, mesure 374 x 265mm et compte 196 folios, à l’origine il en avait 212, illustrés par 44 miniatures, toutes placées au début des livres bibliques à l’exception du Sacrifice d’Isaac (folio 16V). Plusieurs d’entre elles sont inachevées. Les moralisations ne comportent aucune image. Enfin cette Bible moralisée possède un index, fait unique pour ce genre d’ouvrage mais peu rare dans d’autres manuscrits parisiens contemporains. Un portrait de l’auteur de la préface se situe au folio 1 tandis que le frontispice à proprement parler, montre au folio 12 Dieu trônant avec, autour de lui, Adam et Eve, les animaux, la lune et le soleil…, comme dans le manuscrit Reg. Lat. 25 du Vatican.

La Bible moralisée Fr. 897 de la Bibliothèque nationale de France a été faite dans un atelier de Bruges vers 1455-1456 pour Louis de Gruuthuyse, proche serviteur du duc de Bourgogne. De dimensions moindres (275 x 190 mm) que le manuscrit précédent, il comprend 230 folios, 44 miniatures et un frontispice au sujet très proche mais divisé en 7 compartiments : au centre Dieu sur un trône entouré d’anges surmonte la Chute des anges rebelles. De chaque côté sont placées trois images qui montrent les 6 premiers jours de la Création.

bb

Paris, BnF, Fr. 897, f° 54, Jugement de Salomon (1 R. 3, 16-28)

La British Library de Londres conserve une Bible moralisée copiée sur l’exemplaire OPL et proche de celui de Gand : le manuscrit Add. 15248 a été réalisé vers 1456 à Bruges. Il mesure 295 x 210 mm et 18 grisailles (à l’origine 33) se répartissent sur les 283 folios. Ces dernières sont peut-être l’œuvre du peintre flamand Willem Vrelant. Le frontispice représente encore une fois la Création, mais avec 7 compartiments pour 7 jours et au centre, Adam et Eve goûtant au fruit défendu.

00026946

Londres, British Library, Add. 15248, f° 139

Enfin la dernière Bible moralisée est le manuscrit 76 E 7 de la Koninklijke Bibliotheek de La Haye. Elle aussi date du milieu du XVe siècle (1455-1460). Les 259 folios, de 290 x 205 mm, contiennent 44 miniatures, situées en tête des livres bibliques et commencent par un frontispice, divisé lui aussi en 8 parties : les 7 jours de la Création encadrent Dieu assis sur un trône au-dessus de la Chute des anges rebelles. Cette œuvre était destinée à Antoine de Bourgogne, fils de Philippe II le Hardi.

imagingserviceLa Haye, Koninklijke Bibliotheek, 76 E 7, f° 1

La dernière étape de l’histoire des Bibles moralisées est l’édition à Lyon en 1477 d’un incunable, L’exposicion et la vraie declaracion de la Bible. On en recense 9 exemplaires dont 2 seulement sont complets. Ce livre, imprimé chez Martin Hus, mesure 272 x 198 mm et contient 354 folios avec 40 gravures sur bois de style germanique. Si l’on accepte la date de 1477, alors il s’agit du premier ouvrage illustré imprimé en France.

Progressivement, les entreprises ambitieuses et coûteuses que sont les Bibles moralisées, laisseront la place à des œuvres plus condensées, les Bibles historiales.

 

 

 

 

Aline DEBERT

CRH-CNRS

Décembre 2016

 

 

 

[1]  Cette première occurrence de « Bible moralisée » a été découverte dans le manuscrit 141 de l’Universitetsbibliotheek de Gand par Reiner HAUSSHERR, « Drei Texthandschriften der Bible moralisée » dans Festschrift für Eduard Trier zum 60. Geburstag, Berlin, 1981, p. 35-65.

[2] Pour une étude plus approfondie du rapport texte/image, cf. le très intéressant article de Laurence BRUGGER, « Les « paraphrases bibliques » moralisées : l’exemple du Livre de Job », dans Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. 162, 2004, p. 75-96, ill.

[3] Les comptes de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, gardent traces d’un paiement au peintre Loyset Liédet pour 20 « histoires », 7 grandes et 13 petites, illustrant une Bible moralisée que l’on n’a pas retrouvée ou identifiée à ce jour. Cf. Anne-Marie LEGARÉ, « Loyset Liédet : un nouveau manuscrit enluminé », dans Revue de l’art, 126, p. 36-49, ill.

[4] François AVRIL, « Un chef d’œuvre de l’enluminure sous le règne de Jean le Bon : la Bible moralisée, manuscrit français 167 de la Bibliothèque nationale », dans Monuments et mémoires, Fondation Eugène Piot, t. 58, 1972, p. 91-125, ill.

[5] John LOWDEN, « The Bible moralisée in the fifteenth century and the challenge of the Bibles historiales”, dans Journal of the Warburg and Courtauld institutes, 68, p. 73-136, ill.

Les cents nouvelles nouvelles (6 décembre 2011)

Après avoir indexé un manuscrit du Speculum Humanae Salvationis, nous nous penchons à partir de demain sur un type d’image médiévale totalement différent avec les Cents nouvelles nouvelles. Avec ce manuscrit exceptionnel c’est en effet les problématiques propres à la littérature aux images érotiques qui seront abordées.

Si ce manuscrit est exceptionnel, ce n’est pas seulement parce qu’il est le seul à conserver le premier recueil de nouvelles entièrement en français (en dialecte picard pour être exact), mais aussi parce qu’il contient 100 images intimement liées au texte, et souvent très explicites. Ces représentations exceptionnelles n’avaient jusqu’à récemment que très peu été prises en compte par une tradition littéraire attachée à la seule analyse du texte.

Cents nouvelles nouvellesCents nouvelles nouvelles, MS Glasgow Hunter 252 (détail), vraisemblablement réalisé à Paris vers 1480 pour le Duc de Bourgogne

Comment images et texte fonctionnent-ils au sein du cadre narratif spécifique de la nouvelle? Comment les images rendent-elles compte des multiples métaphores sexuelles du texte? comment suscitent-elles le désir de lire en ménageant des effets de surprises? comment participent-elles aux nombreux effets comiques présents dans ce recueil?  Quelles sont en matière érotique les limites du dicible et du visible à la fin du XVe siècle?

Telles sont les questions (parmi de nombreuses autres) que nous nous poserons au cours des prochaines semaines avec la complicité de Maud Perez-Simon.

Les séances ont lieu au GAHOM (INHA, 2 rue vivienne) le mardi de 14h à 16h.

Groupe de travail sur les images médiévales 8/11

Reprise du Groupe Image ce mardi à 14H au GAHOM,  avec le Speculum Humanae Salvationis, un texte de vulgarisation en images du matériau biblique du XIVe siècle. Cette iconographie très originale, qui fait usage de montages souvent inattendus, s’est largement diffusée à la fin du Moyen Age et à la Renaissance par le biais des imprimés.

(Darmstadt Universitäts-und landesbibliotheck ms 2505, f.26v-27r, mi-XIVe siècle)

L’atelier est ouvert à tous.

Si l’on a raison de figurer l’infigurable

Ne pas vouloir représenter un être, une chose ou un événement, ou vouloir représenter ce qui est considéré comme impossible à représenter, voilà deux attitudes dont seule la première – le refus de la représentation (en relation avec son ardente promotion) – a été bien étudiée par les historiens des images. Ne pas souhaiter faire des images de quelque chose (par exemple de Dieu, parce que « nul ne peut [Le] voir et vivre » ou parce qu’il est « ce que l’œil n’a pas vu »1) diffère en effet de souhaiter représenter le caractère jugé irreprésentable du divin ou d’autres réalités. C’est-à-dire d’essayer de rendre compte, au moyen d’images visuelles ou verbales particulières, de ce qui est senti comme hors de portée de l’expression ou comme dépassant la raison.

Continuer la lecture de Si l’on a raison de figurer l’infigurable 

  1. Exode 33, 20. 1 Corinthiens 2, 9. []

Des plafonds au mur (l’image domestique)

Depuis une vingtaine années, un nouveau document pour les études visuelles apparaît, sans que la recherche n’ait pour l’instant pris la mesure du bouleversement qu’impliquaient ces découvertes pour la connaissance de la culture visuelle occidentale. Ces images modestes se rencontrent majoritairement à l’intérieur des édifices de la fin du Moyen Âge (entre 1450 et 1520), sur ce qui est improprement appelé des « plafonds », et nous donne à voir ce moment privilégié où l’image quitte le domaine magico-religieux et le cadre aristocratique, pour se diffuser dans des proportions inédites à travers toute la société: dans les intérieurs privés et dans les lieux de sociabilité laïcs (tavernes…). Pendant longtemps ces représentations parfois sidérantes n’ont suscité qu’un intérêt très faible de la part des historiens et des historiens de l’art.

Continuer la lecture de Des plafonds au mur (l’image domestique)