Les cents nouvelles nouvelles (6 décembre 2011)

Après avoir indexé un manuscrit du Speculum Humanae Salvationis, nous nous penchons à partir de demain sur un type d’image médiévale totalement différent avec les Cents nouvelles nouvelles. Avec ce manuscrit exceptionnel c’est en effet les problématiques propres à la littérature aux images érotiques qui seront abordées.

Si ce manuscrit est exceptionnel, ce n’est pas seulement parce qu’il est le seul à conserver le premier recueil de nouvelles entièrement en français (en dialecte picard pour être exact), mais aussi parce qu’il contient 100 images intimement liées au texte, et souvent très explicites. Ces représentations exceptionnelles n’avaient jusqu’à récemment que très peu été prises en compte par une tradition littéraire attachée à la seule analyse du texte.

Cents nouvelles nouvellesCents nouvelles nouvelles, MS Glasgow Hunter 252 (détail), vraisemblablement réalisé à Paris vers 1480 pour le Duc de Bourgogne

Comment images et texte fonctionnent-ils au sein du cadre narratif spécifique de la nouvelle? Comment les images rendent-elles compte des multiples métaphores sexuelles du texte? comment suscitent-elles le désir de lire en ménageant des effets de surprises? comment participent-elles aux nombreux effets comiques présents dans ce recueil?  Quelles sont en matière érotique les limites du dicible et du visible à la fin du XVe siècle?

Telles sont les questions (parmi de nombreuses autres) que nous nous poserons au cours des prochaines semaines avec la complicité de Maud Perez-Simon.

Les séances ont lieu au GAHOM (INHA, 2 rue vivienne) le mardi de 14h à 16h.

Groupe de travail sur les images médiévales 8/11

Reprise du Groupe Image ce mardi à 14H au GAHOM,  avec le Speculum Humanae Salvationis, un texte de vulgarisation en images du matériau biblique du XIVe siècle. Cette iconographie très originale, qui fait usage de montages souvent inattendus, s’est largement diffusée à la fin du Moyen Age et à la Renaissance par le biais des imprimés.

(Darmstadt Universitäts-und landesbibliotheck ms 2505, f.26v-27r, mi-XIVe siècle)

L’atelier est ouvert à tous.

Si l’on a raison de figurer l’infigurable

Ne pas vouloir représenter un être, une chose ou un événement, ou vouloir représenter ce qui est considéré comme impossible à représenter, voilà deux attitudes dont seule la première – le refus de la représentation (en relation avec son ardente promotion) – a été bien étudiée par les historiens des images. Ne pas souhaiter faire des images de quelque chose (par exemple de Dieu, parce que « nul ne peut [Le] voir et vivre » ou parce qu’il est « ce que l’œil n’a pas vu »1) diffère en effet de souhaiter représenter le caractère jugé irreprésentable du divin ou d’autres réalités. C’est-à-dire d’essayer de rendre compte, au moyen d’images visuelles ou verbales particulières, de ce qui est senti comme hors de portée de l’expression ou comme dépassant la raison.

Continuer la lecture de Si l’on a raison de figurer l’infigurable 

  1. Exode 33, 20. 1 Corinthiens 2, 9. []

Des plafonds au mur (l’image domestique)

Depuis une vingtaine années, un nouveau document pour les études visuelles apparaît, sans que la recherche n’ait pour l’instant pris la mesure du bouleversement qu’impliquaient ces découvertes pour la connaissance de la culture visuelle occidentale. Ces images modestes se rencontrent majoritairement à l’intérieur des édifices de la fin du Moyen Âge (entre 1450 et 1520), sur ce qui est improprement appelé des « plafonds », et nous donne à voir ce moment privilégié où l’image quitte le domaine magico-religieux et le cadre aristocratique, pour se diffuser dans des proportions inédites à travers toute la société: dans les intérieurs privés et dans les lieux de sociabilité laïcs (tavernes…). Pendant longtemps ces représentations parfois sidérantes n’ont suscité qu’un intérêt très faible de la part des historiens et des historiens de l’art.

Continuer la lecture de Des plafonds au mur (l’image domestique)